Du BSP ou apologie de la jachère

Du BSP ou apologie de la jachère

Quand le Coaching s’inspire du B. S. P.  

Les coachs rencontrent régulièrement des managers (au sens large du terme) qui font des demandes parfois paradoxales.

Ils veulent à travers leur coaching pouvoir atteindre la quadrature du cercle, en termes crus, ils veulent « le beurre, l’argent du beurre et la crémière … »
Nous sommes alors amenés à les confronter sur leur posture qui est un reflet de notre société où tout doit aller vite, les résultats doivent être immédiats, l’investissement doit être minimum pour un résultat maximum.
Nous sommes alors conduits à les faire réfléchir, nous coachs à l’instar de ce que faisaient nos anciens, sur ce qui dépend de nous et ce qui n’en dépend pas.

Nous sommes alors enclins à leur rappeler le B.S.P., le Bon Sens Paysan et de proposer une réflexion sur la jachère.

Coaching et jachère 

Nos anciens mettaient en jachère une parcelle de terre, en acceptant délibérément de perdre à court terme une part de gain, pour mieux récolter lorsqu’ils replantaient la dite parcelle. Nos financiers d’alors auraient appelés cela un investissement, ces mêmes financiers l’appellent aujourd’hui une perte de valeur ajoutée immédiate !
La tentation est pourtant belle et en adéquation avec notre société de consommation où le produit à peine sorti est déjà remplacé par sa version 2.0 !

Et pourtant, il faut toujours 9 mois pour porter un enfant.

Le coach dans sa démarche d’accompagnement bienveillante et non complaisante, permet à son coaché de prendre de la hauteur sur ce que son environnement lui propose. Il peut ainsi rester dans « le ici et maintenant » et le discernement tout en acceptant d’agir sur ce qui dépend de lui, en s’autorisant parfois à mettre en jachère une partie de lui-même pour qu’un travail inconscient et salutaire s’effectue.

 

Christian Mallet 

085 copy

Et si Coaching Ressources pouvait répondre à vos besoins, ce serait pour …  ?

N'hésitez-pas à partager : EmailFacebookGoogle+LinkedInTwitter